Chapitre 5
p. 156

7

Voir André Gaudreault et Philippe Marion, « Pour une nouvelle approche de la périodisation en histoire du cinéma », Cinémas, vol. 17, nos 2-3, printemps 2007, p. 215-232.

8

Textuellement : « Dans un documentaire, c’est Dieu le metteur en scène […] Dans le film de fiction, c’est le metteur en scène qui est un dieu. » François Truffaut et Helen Scott, Hitchcock/Truffaut, Paris, Éditions Ramsay, 1983, p. 82.

En savoir +

Les deux auteurs ont déjà fait appel à cette formule d’Hitchcock dans « Dieu est l’auteur des documentaires… », Cinémas, vol. 4, no 2, 1994, p. 11-26. L’article est accessible à l’adresse suivante : http://www.erudit.org/revue/cine/1994/v4/n2/1001020ar.html?vue=resume.

9

Il est bien évident que toute captation par filmage révèle une interprétation du monde, comme on l’a dit plus haut.

Mots clés: , , , , ,